Pour pouvoir visualiser son contenu vous avez besoin de Adobe Flash Player.

page d'accueil conte du moment soirées-contes les conteurs et conteuses... conteurs et conteuses conteurs et conteuses festival conteurs et conteuses les conteurs et conteuse que l'on a vu! conteur àl'affiche vie de l'asso qui sommes nous? compte rendu de l'assemblée générale Festival  programme festival  autres activités buletin inscription formation conter à l'école médiatheque directs pour les oreilles... bibliographie archives suite archives archive 2016 archives 2017 archive 2018 la marche des conteurs Marche des conteurs ...2014 MARCHE DES CONTEURS 2014 contact /adhésion bulletin d'adhésion liens  

les conteurs et conteuse que l'on a vu!

Thieno DIALLO Qui est... Thierno DialloNé au Sénégal, où il organise encore des festivals de contes, vivant à Lyon, Thierno Diallo nous emmène sur un « chemin de paroles » où des animaux raisonneurs défilent et se croisent pour dire aux hommes leurs quatre vérités. Dans ses contes qui se succèdent sans jamais se ressembler, le chien pactise avec le singe, les crânes parlent et les fous sont sages … Un spectacle enraciné dans une oralité chaleureuse pour le plus grand plaisir des adultes et des enfants (à partir de 6 ans)Mi Peul, mi Wolof, les deux ethnies principales du Sénégal, Thierno Diallo, avance avec une présence naturelle et une élégance de style qui servent un verbe ciselé et son propos met à mal les clichés que le public occidental peut entretenir sur le «conteur africain ». Jouant sur les divers registres de sa voix chaude et rauque, dépoussiérant les idées reçues, il navigue avec justesse dans sa pratique de passeur de mots, entre contes traditionnels revisités avec son regard contemporain, et récits de vie, et offre aux petits comme aux grands, des contes d’Afrique et d’ailleurs, dans les bibliothèques, les théâtres, les centres sociaux, les écoles… Fils du grand conteur, Mamadou Diallo, mort il y a presque 20 ans, Thierno inscrit sa pratique de conteur dans la vie car il croit avec conviction que le conte crée des liens entre les gensIl est membre fondateur de l'association « Amoon na fi » (le « il était une fois » wolof) dont l’objectif est de maintenir et diffuser la tradition orale, en France comme au Sénégal. Depuis 2008, il organise un Festival du Conte à Dakar et à Hann, sa banlieue, privilégiant tout particulièrement le conte à l'école.Lauréat du Grand Prix des Conteurs 2006 à Chevilly-Larue, il a fait partie

Fiona MacLeodqui est...Fiona MacLeodElle ne porte pas de kilt, elle n’est pas avare et n’appartient à aucun clan. Fiona MacLeod est pourtant bien née en Écosse mais ce qu’elle en a gardé, c’est un accent délicieux et la générosité des paysages qui habillent aujourd’hui ses histoires.Quand elle rencontre le conte en 1987, chez des amis, c’est le coup de foudre. Sa quête commence. Elle part à la recherche de ses racines, rencontre Ducan Williamson, un nomade écossais, puis Georges Mac Pherson, une autre pointure de tradition gaëlique. En 1990, elle remporte le concours “amateurs” de Chevilly-Larue, se forme auprès de Bruno de La Salle et d’Henri Gougaud. En 1992, elle “saute dans le vide” et devient conteuse professionnelle. Ses contes du whisky, ses légendes écossaises, séduisent tous les publics, des terres de Bretagne où elle vit désormais, jusqu’en Martinique.

Jihad Darwichequi est...Jihad DarwicheJihad Darwiche est né en 1951 à Marwaniyé, un petit village du Sud-Liban. Son enfance a été bercée par les contes, la poésie et les récits traditionnels de l’Orient que racontaient sa mère et les femmes du quartier.En 1961, il habite la vieille ville de Saïda, où la tradition du conte est encore vivace. Dans les ruelles étroites, les voisins passent leurs matinées à discuter d’une fenêtre à l’autre et à se raconter les rêves de la nuit (de vrais contes de fées) en buvant le café à la cardamome...Après avoir étudié successivement à Beyrouth puis à Montpellier, Jihad devient journaliste, métier qu’il exercera de 1975 à 1983. Cette année-là, il rejoint la France où il est d’abord professeur d’arabe avant de devenir conteur en 1984.Depuis, il anime des veillées de contes où s’entremèlent le merveilleux des Mille et Une Nuits, la sagesse et le sourire. Il intervient également dans les bibliothèques, écoles, ou prisons. Autant de lieux où il anime des ateliers d’écriture, de création ainsi que des stages de formation à l’art du conte.

La langue acérée de Pépito Matéo oscille entre humour et poésie pour mieux toucher au cœur. Il fait partie de ces artistes « indispensables » capable de dire la folie du monde tout en gardant cette légèreté salvatrice, cette jubilation de la parole vagabonde qui nourrit et qui fait sens.Pépito Matéo est avant tout un détourneur de mots, un joyeux fou, bavard et allumé, qui trace son propre chemin dans la forêt de l’imaginaire contemporain.

photo. Virginie Meigné